CrossFly 2009

Voici un petit compte rendu de nos tribulations a la cross fly 2009, nous partimes 100 de Gresse en vercors le 4 juillet et arrivames tous presque entiers a Passy le 11.
Cette deuxieme edition fut menee de main de maitre par Arnaud Secher et Caroline Rossi, appuyes par une equipe de benevoles entousiastes, BRAVO a eux!
En esperant que cela vous donnera envie de tenter l'aventure en 2010!!

Ressources webesques utiles

Le site officiel de la Cross Fly
Le blog de jean Mimi
Photos edition 2008
Forum, ouverture course 2008
Forum, options de parcours
Forum, fil de 2009
Bande Annonce :

Parcours


Afficher Cross Fly 2009 sur une carte plus grande

Matos

Haaa ca le matos si on l'utilisait autant que l'on en parle nul doute qu'on serait champion du monde!
L'objectif etait d'avoir a porter le moins possible en ayant les meilleurs conditions de confort en vol.
Certains font le choix du tout ultralight (sac a 8kg!) pour privilegier la marche mais les resultats en l'air s'en ressentent.
Pas evident donc d'avoir le meilleur compromis, surtout que l'on est pas autorise a changer pendant la semaine. Soit un poids total theorique mini de 16kg dans le sac. En pratique, au depart de la 3eme etape je me suis pese sur la balance de Gabriel : 76kg sans le sac, 98kg avec soit 22kg dans le dos! J'ai encore du mal a y croire!! Les affaires trempees, le pique nique, les cartes... Bref tout un tas de bonne raison pour se trimballer avec beaucoup plus lourd que prevu!

Pres en bulles

Ha ca me titillait de faire cette cross fly vu que je repete a qui veut bien l'entendre depuis 1 an qu'en 2015 je serai au depart de la vraie : la X-Alps!
Mais au moment des inscriptions je me rends compte que les dates se chevauchent avec la compet B d'Annecy donc je passe mon tour pour cette annee.
Au cours du printemps Patrick Lachat me convertit au speedflying et du coup je me mets a faire du vol rando des que les conditions ne permettent pas de crosser. Avoir un sac de moins de 6kg avec tout le matos me reconcilie avec la marche en montagne.
Du coup, lorsque, coup de bol, des places se liberent 1 semaine avant le depart je prends la lourde decision de poser ma derniere semaine de conge de l'annee 2009 :(
Le samedi precedent la course je file faire mes emplettes de matos leger chez Pierre a Talloire, cela allege autant le sac que le porte feuille!!
La semaine qui suit est orageuse malheureusement. Je tente une montee a pied au deco de Planfait depuis Perroix pour tester mon matos flambant neuf. A defaut de redescendre en volant je fais la connaissance de 2 anneciens participants en biplace : la montee se fait a bon rythme, pas de doute "Y va y avoir du sport"!
Samedi, apres une manche d'anthologie entre les orages du bocal Annecien, je recupere Jean Mi, un participant du club sudiste augresdel'air. Club qui nous donne, a nous autres Zelephants volants, tant de fil a retordre en CFD! On va voir ce qu'ils valent en marche a pied :)

Le dimanche reveil difficile, arrivee a passy, retrouvailles avec Richard Oddes mon compagnon d'aventure, chargement des GPS et des sacs dans le bus et en route pour Gresse en Vercors! Dur de recuperer pendant le trajet avec tous les bip bips des GPS dont les proprietaires s'echinent a comprendre le fonctionnement ;) Une fois sur place on se prend un bon orage, cela ne laisse guere d'espoir d'avoir des gros plafonds le lendemain mais cela ne nous empeche pas de tirer des plans sur la cometes pour la fameuse transition Vercors Chartreuse que Daphne a brillament reussi 15 jours plus tot.
Premier "BRIEEEFIIIIIING" dans la salle mise a disposition par M'ssieur le Maire qui nous fait l'honneur d'un discours d'encouragement. L'assemblee est dissipee mais les questions sont precises notament sur les decomptes des points!! Oula c'est quand meme serieux cette histoire, tant mieux j'ai pas signe pour une semaine en colonnie de vacances :)
Ceci dit a ecouter les conversations on sent des disparites dans les motivations : entre les vieux de la vieille qui se moquent gentiment de ceux qui "jouent le classement" et Gege qui ne manquent pas de me rappeler qu'il m'a poudre sur la manche B du jour d'avant! Cool, la diversite y a que ca de vrai!
Roland Wacogne essaye de m'enroler dans son equipe composee uniquement de pilotes de Poison 2 mais je reste fidele a mon Richard qui m'a l'air affute comme une dague!
Il m'accueille dans sa tente Quecha 2sec light, wow ca c'est la classe, je vais vraiment etre has been avec ma vieille lafuma qui se monte en 1 quart d'heure!

Jour 1 Gresse - Lumbin : Ca part mal!

Manche annulee


En sortant de la tente, au son de la flute d'un espece d'hurluberlu qui m'a reveille(!), je ne me sens pas rempli d'un entousiasme debordant : les nuages defilent rapidement en Nord et le plaf est ultra bas, pas la meilleure aerologie pour decouvrir ce coin. Petit dejeuner frugal et briefing du jour. Ouf l'organisation partage mon sentiment : pas de vol ce matin. On nous soumet a la place une balade champetre : montee au deco du Serpaton et redescente de l'autre cote vers le col de la Faux d'ou un bus nous enmennera a Chamrousse. Alea Jacta Est...
Richard a achete la carte au 25 millieme du coin, on fait le choix de marcher avec les sacs (comme tous les jours d'ailleurs). Prudents, on laisse partir les enerves devant car nous sommes en terrain inconnu. On part au milieu d'un groupe dont l'allure semble plus correspondre a la notre et apres une grosse demi heure Richard accelere la cadence et on lache jean Mi. Haa c'est autre chose que les colines des Alpes du sud hein mon gars :p
Je m'accroche comme je peux, mais bon ca va j'ai quand meme un peu la frite sur une aussi courte distance (400m de montee), cela ressemble pas mal a mon terrain d'entrainement : le Saleve.
En revanche la redescente de l'autre cote est assez saignante, je n'ai pas l'habitude de redescendre par autre chose que la voie des aires! Tant bien que mal j'essaye de suivre mes 2 compagnons qui cavalent comme des chamois et qui surtout ont la carte!!!
Je commence a regretter le choix d'avoir pris des baskets pour la semaine et prie pour qu'aucune de mes chevilles n'ait la mauvaise idee de me jouer des tours. Ce serait ballot de se blesser avant meme le premier vol!
Juste au moment ou je commence a me dire que cette semaine ne va pas etre une partie de plaisir si ca continue comme ca, nous rejoignons la route du col. Sauf que visiblement nos choix d'orientation n'ont pas paye, on est 2km trop a gauche et surtout trop bas. Le bus etait sense partir a 12h et il est 11h55! Ca va etre chaud d'etre dans les temps, surtout que j'abandonne rapidement la petite foulee svelte et aerienne du coureur de demi fond pour le mode "marche a pas rapides mais mesures" sur les conseils de mon coach qui a bien vu que j'etais dans le rouge! J'ai quand meme le temps d'avoir une pensee pour tous les vacanciers qui nous croisent sur leur route vers la mer, ils doivent bien se marrer...
Finalement pas de bus en vue au col (mais l'alpin du sud est deja la grrrrrrmblrrrr!!!), on a donc le temps de changer de chaussettes, faire secher les chaussures, avaler notre pique nique et surtout : faire un point meteo avec notre arme secrete Zelephantesque : Bertrand Bellet! Le pauvre bosse cette semaine mais du coup il a un peu de temps a consacrer a la lecture des emagrammes et autres trucs barbares qui permettent de garantir que "oui oui le plaf va monter, ca va vooooler!" Voici ce qu'il m'envoie : "Update! vous devriez pouvoir aller a 2700m sur Chamrousse (gaffe aux cu con). Sur les avants reliefs c'est instable jusqu'a 1500 avec plaf vers 2000 max. 15 de NW a 2000 et 30 de W a 3000"
Oulalala mais c'est extremement entousiasmant tout ca! Illico je m'imagine a 2500 en train d'aller placer un point de contournement a Allevard, YEAH ca va envoyer du gros!
C'est donc une belle douche froide (y en aura d'autres et des nettements moins allegoriques...) lorsque Arnaud annonce que cela ne va pas pouvoir le faire a Chamrousse d'apres les locaux et qu'on se dirige donc vers Saint Hilaire! "Quoi? Saint Hilaire? Avec une tendance Ouest??? Pincez moi je reve?" Que les lecteurs Saint hilairiens me pardonnent mais bon deja que c'est pas terrible comme coin mais quand en plus c'est sous le vent de la dent de Crolles...
Bon je ronge mon frein pendant le trajet vers saint hil en voyant les plafs monter lentement sur Chamrousse, il semblerait que la mairie ait mis un peu la pression pour que nous arrivions par la voie des aires cette annee... Une fois arrivee a l'OT une lueur d'espoir : un biplace se balade a 1600m d'altitude et joue avec les nuages, cool! Je meurt d'impatience de pouvoir enfin me mettre en l'air (oui le parapente chez moi c'est en intra veineuse et il faut une dose par jour sinon je deviens penible...) vu que ca tient. Mais il faut attendre que notre comite de pilote delibere sur la manche. Ceci fait il commence a etre tres tard et je n'ai plus guere d'illusions sur la possibilite de faire beaucoup de kils en l'air sans basculer sur les faces ouest de Belledone.
La manche est annoncee, on nous parle d'un deco mieux oriente par vent Nord au sommet des teleskis. On y monte en 4eme vitesse avec Richard car le deco de la moquette je sais que c'est deja pas triste en temps normal mais vu les bouffes de cul qui passent...
Une fois la haut la situation est pas brillante... Des courts moments de face dans une aerologie tres tourmentee. Deco petit, il faut se faire sa place surtout qu'on sent que la situation ne va pas aller en s'ameliorant. Un premier deco nous montre que c'est bien rock and roll en l'air. Rien de bien surprenant... Je tente ma chance mais une clef m'oblige a un arret en catastrophe a 5 metres des arbres sur le cote. Ambiance ambiance, Richard avec la sagesse qui sied a son age :p decide de ne pas decoller.
Je m'entete apres que le 2em candidat au lessivage ait reussi a s'extraire de justesse avant le rideau d'arbre devant. Des la prise en charge je sens qu'une des boucles de la sellette passe sur un endroit fort sensible. Reflexe debile mais profondement humain : je lache illico les 2 commandes pour mettre en place la sellette en maugreant qu'on ne m'y prendra pas une deuxieme fois! Heureusement la Poison2 est gentille et j'arrive sans encombre a passer au dessus du deco Nord ou il ne semble pas regner l'agitation bien connue a 10h30 lors d'une journee fumante du mois d'avril!
Jeje annonce qu'il est a plus de 2000m, ha le salaud il a bien de la chance! Moi je me bats a essayer de rentrer mes jambes dans le cover leg mais quelquechose cloche. Je me maudis une fois de plus de ne pas avoir fait plus d'essais en l'air! Surtout lorsque je me prends une asymetrique au moment ou j'avais l'impression d'avoir enfin trouve l'entree du trou (du cocon).
Les conditions sont de toute facon un peu trop pechues pour moi et je fais donc une flechette directe vers Lumbin, tant pis pour les kilometres j'ai assez fait de betises pour aujourd'hui.
Sagement Arnaud decide d'annuler la manche, dommage pour ceux qui avaient reussi a faire des kils mais tant mieux pour ceux qui sont encore sur les decos!
Une bonne douche froide (une vraie cette fois, excellent pour la recuperation soit disant!) me permet de me remettre l'esprit en place, j'ai fait pas mal de betises par exces de confiance aujourd'hui, tout se termine bien tant mieux! Une bonne nuit de sommeil reparatrice entre les bras de ma petite femme venue me rejoindre sauve la journee de la berezina totale!

Jour 2 Saint Hilaire - Les Aillons : Enfin in the air!

47km en volant, 1400m de denivelee a pied


Voir la trace GPS dans googleMap

Chez nous, au R'vard, une pensee repandue est de dire que le cross depuis saint hil c'est "a chiiiiiiiiiier" © ® tm
Mais il faut bien reconnaitre qu'on y fait quand meme souvent des kils et qu'on y revient donc regulierement! Me voici donc en terrain connu pour cette 2eme etape pendant laquelle j'espere bien faire plus de kil par les airs que grace a mes pates afin de les epargner pour les eventuelles sceances de marche qui semblent ne pas du tout effrayer Richard! Petit dej sympa, on monte par le funi. Je projette de marcher jusqu'au deco de Saint Marie du Mont en attendant que les conditions s'installent. Mais surprise : ca tient deja quand on arrive!! On nous lance astucieusement une manche avec 1 point de contournement, libre a nous de le placer le plus loin possible, avec goal a Barraux vu que les plafs ne nous permettront pas de passer sur les falaises du haut pour tenter le raccrochage de la Savoyarde.
Ensuite des navettes nous ameneront a Arvey sur le depart du chemin pour la Galope, sommet qui permet de rejoindre les Aillons et le bivouac du soir en finesse. Les premiers arrives a Barraux seront les premiers servis pour monter dans les navettes.
2 choix possibles donc : aller rapidement a Barraux et miser sur le vol de l'apres midi ou faire des kils en Chartreuse le matin en esperant ne pas etre trop tard pour le vol du soir. Je prends la 2eme option car je calcule que le rendement kilometre/temps est meilleur en face Est de Chartreuse (qui a dit qu'on ne faisait que bourriner a la cross fly?)
Ma courte experience de la competition en parapente m'a quand meme appris quelque chose : des que ca tient, inutile d'attendre il faut se mettre en l'air. Je met donc en application le precepte et decolle dans les premiers car je sais que plus il sera tard plus la remontee vers Chambery sera contree par la brise. Il faut donc voler vite.
Assez rapidement je croise Alain et son Eris3 qui reviennent deja du Manival et foncent vers le Nord. La tentation est grande de lui emboiter le pas, surtout que les nuages sur la crete du saint Eynard sont peu accueillants, mais je me fais violence : j'ai fait l'AR il y a une semaine sans un virage, ca serait dommage de s'en priver. La Peak de Nicolas me rejoint au Manival, on enroule ensemble jusqu'a 1300 et fidele a mes habitudes je le laisse lachement partir devant! Petite incertitude au moment ou l'on raccroche car tout est a l'ombre mais je vois que je suis encore a 1100. Je me rappelle alors que c'est l'altitude max que l'on avait reussit a atteindre la semaine d'avant pour partir du Manival. Le temps d'avoir une pensee pour notre lievre prefere Gerald Delorme a qui la transition avait ete fatale (pensez donc, il vol en Nova le pauvre!) et je vois la Peak se faire gentiment tirer par le nuage, c'est donc tout bon devant!
On chemine en bordure de nuage sans jamais lacher le barreau, une fois arrive au Fort la question d'aller a la Bastille se pose. Nico fait demi tour, avec mon petit esprit sournois je decide de pousser la balise un peu plus loin histoire de voir... Quand le vario affiche du -3.5 je me decide a faire volte face et c'est une nouvelle fois sans un virage et sans lacher le barreau que je rejoins le Manival.
La suite je la connais un peu par coeur : il faut avancer la brise dans le nez et passer les combes les unes apres les autres en serrant les dents et les fesses. A ce petit jeu les ailes lights peu performantes de bon nombre de mes malheureux camarades de jeu sont vraiment desavantagees et je les vois poser les uns apres les autres devant nous pendant qu'avec nos guns Nico et moi fendons la masse d'air tels des eperviers en chasse pendant la periode de rute!
Je baisse le son de la radio pour rester concentre car les conditions sont quand meme viriles et qu'on gratte pas loin du caillou! J'entends quand meme parle d'histoire de branchages sans consequence et fait connaissance avec la voix du fameux pilote 25!!
Je finis par reperer l'espece d'attero que mon GPS s'obstine a m'indiquer et pose heureux apres 2h10 de vol et 48km soit une moyenne proche des 25 a l'heure ce qui est decent vu les conditions! Richard est deja la donc on enchaine dans la premiere navette dispo et on arrive avant 14h (debut de la manche de l'apres midi) a Arvey. Tempo parfait! Par contre vu ce que les balises du Semnoz et du Revard annoncent je doute fort que l'on puisse decoller de la haut. Je fais part de mes doutes mais je suis quand meme la masse qui avidement avale deja les metres de denivelee. Une fois en haut on a juste le temps de voir Alain decoller puis on se prend la pluie. Pas d'hesitation, il faut descendre a pied.
Petite sceance cartographie pour etre sur de prendre le bon chemin et eviter d'aller jusqu'au Lindar et on boucle au pas de course pour arriver au bivouac avant le suisse qui nous a rattrape! HAAAA que c'est bon ce petit tirage de bourre entre amis. Une fois le souffle retrouve, je calcule qu'avec mon vol du matin je risque d'etre en bonne position pour gagner vu que Nico n'a pas marche cet apres midi. J'hesite... ce serait vraiment pousser le bouchon de repartir marcher. je croise le "faux" medecin qui me sort cette phrase formidable "De toute facon t'as ete assez con pour t'inscrire alors tant qu'a y aller autant etre con jusqu'au bout". YES man t'as raison, soyons fou!
Ni une ni deux, nous reprenons les sacs avec Richard et repartons pour une marche a pied vers les chalets de la Fully histoire d'en remettre une couche et d'etre sur que meme si ce diable d'Alain reussit a voler dans ces conditions dantesques il reste derriere! On calcule la distance max a parcourir avant le retour et c'est 8 minutes avant la fermeture de la fenetre que nous rejoignons le bivouac, pile a temps pour voir les derniers qui ont decolles depuis la Galope atterrir! Haaa ce genre de journee ca fait bien plaisir, meme la douche froide au camping des Aillons est un delice! L'ambiance pendant le repas est fidele a la reputaion de la cross fly, malgres la fatigue!

Jour 3 Les Aillons - Talloire : Vol a domicile

Vol de 38km, pas de marche a pied ou presque :)


Voir la trace GPS dans googleMap

On emerge de la tente dans une ambiance plutot... humide! Il a plu pas mal dans la nuit.
L'organisation fait la remise des prix pour la journee d'hier et ma premiere place me rapporte un super sweat qui ne tarde pas a finir sur les epaules de ma cherie vu la temperature ambiante!
Le comite de pilote decide de lancer la manche au depart du Revard. Je suis un peu decu de ne pas tenter de rallier Talloire a pied depuis les Aillons a travers "mon" massif mais d'un autre cote vu l'humidite il est certain que pour le vol c'est sur les avants reliefs que cela va jouer. Ca tombe bien : le R'vard c'est la ou j'ai appris et c'est un vrai repere d'Elephants!
Le plan initial est de nous faire decoller du Sire mais vu que la balise est Nord Ouest on se rabat finalement sur les 4 vallees avec une petite marche depuis la Feclaz. je prends mon temps et une fois arrive aux 4 vallees, surprise : deja une 30aines d'ailes ouvertes!
Ok, je prends la tangente pour rejoindre ma femme qui decolle depuis le deco prive de mon ami Gilles Reville ou je sais que je serai le bienvenue! J'arrive meme a glaner des infos sur les conditions grace a Albert : Faut jouer avec les nuages et surtout chercher le soleil!
Le vol jusqu'au Semnoz est une formalite vu que ca monte pas mal (et aussi que j'ai racle a peu pret toutes les combes du coin depuis mes debuts en parapente il y a 2 ans et demi!) Par contre au Semnoz c'est tout a l'ombre et ca pose Albert ainsi que quelques pilotes de la Cross Fly. J'ai une pensee pour eux pendant que j'enroule une pompe jusqu'a 1800 : le parcours Viuz -> Talloire a pied c'est quand meme un gros morceaux! Dieu que l'on est mieux aux barbules!!!
Surtout que le Semnoz a la bonne idee de s'allumer et qu'un compagnon (normand? j'ai oublie son prenom :/)en omega7 m'emboite le bas. On tape l'arete habituelle a 1400 mais comme dirait mon pote Damien : c'est pas la furie dans les branches!!!
Resultat : en 5 minutes je ne suis plus qu'a 1000 et je fais moins le fier! Bon sang mais ca ne devrait plus tarder a ce mettre en route, ca fait deja 10 minutes que le soleil donne plein pot.
L'omega 7 tente l'option osee en partant au nord au dessus de la foret et ca marche!! J'hesite 30 secondes a le rejoindre, preferant le confort relatif du relief mais voyant que ca descend toujours je me jette sous lui pour... RIEN!
Ouille ouille ouille ca sent pas bon! Heureusement les basses couches se mettent en route pile au bon moment et je suis sauve, enroulant un bon +3 avec 6 ou 7 collegues qui nous on rejoint. YES ca c'est le pied! C'est encore meilleur quand a 2000 je peux me jeter de l'autre cote pour viser le roc des boeufs au bout duquel je vois mon collegue en omega7 se faire satelliser! Barreau a fond pour arriver suffisament tot, il m'a poudre une fois mais pas 2!
Au nuage il prend l'option directe vers Planf, j'hesite un peu mais c'est quand meme dommage de ne pas profiter un peu plus de ces super conditions. Alors je vise la Forclaz ou je me laisse monter peinard par le dynamique de la brise. Ensuite c'est seul au monde que je me jette vers la Tournette, objectif : Chauriande. J'aime particulierement cette zone sauvage et un peu austere derriere Montmin, on a l'impression d'etre dans un coin completement paume alors qu'on est a 5km du bocal grouillant d'Annecy!
Alors j'en profite, je prends mon temps et j'enroule tout ce que je croise.
A 2000 je suis le roi du petrole et envisage un retour serein jusqu'a planf mais c'est sans compter avec la brise qui passe par le col de l'Aulp et m'oblige a jouer une derniere fois du barreau. Je jette un dernier coup d'oeil sur le Parmelan qui est toujours desesperement a l'ombre et decide donc de privilegier les points temps en posant relativement tot. Cela me coute la premiere place puisque Olivier, arrivant un peu plus tard trouvera le Parmelan eclaire et allongera singulierement la distance.
2em, je ne suis quand meme pas mecontent!
A l'attero tout le monde a le sourire et l'ambiance le soir est a son comble!!
Je retrouve Damien le Belge venu faire un petit coucou en voisin et c'est un vrai plaisir de pouvoir parler avec lui de... parapente of course!!

Jour 4 Talloire - La clusaz : Crossfly spirit!

1 vol de 28km et un autre de 19, 1380m de denivelee a pied


Voir la trace GPS dans googleMap
Telecharger la trace GPS pour Google Earth

A l'evidence mon etape preferee! Alors que pourtant c'est celle ou je ferai le moins bon resultat.
Je monte a pied tout seul tranquillement au col des Fretes, inutile de se presser, la journee est prevue belle et s'ameliorant au fur et a mesure.
Les conditions sont deja bien installees lorsque j'arrive et je me met en l'air sans tarder sous le regard des 30 autres pilotes qui ont fait la montee mais preferent attendre la vague :)
Un premier plein aux dents, me permet de tenter le Veyrier. J'arrive un peu bas, un peu sous le vent de la butte sud, je tente de forcer le passage a l'accelero et comme souvent dans ce genre de cas la sanction ne traine pas : desintegration de Poison2!!
Ca fait bien marrer Richard qui est 150m au dessus! Je retourne dare dare vers Planf refaire le plein, remonter aux dents et retenter ma chance vers le Parmelan cette fois. Les conditions sont assez musclees pour le coin et la saison. Je pars trop bas (y a des jours comme ca ou on a pas envie de faire les plafs!)et decide sagement de refaire demi tour avant Alex. Nouvelle remontee des Dents pour cette fois retenter le Veyrier vu qu'une voile a reussi a passer. Cela me permettra d'attendre que le roc des boeufs passe au soleil. Malheureusement rebelote, le veyrier se refuse a moi aujourd'hui, je n'insiste pas et retourne une nouvelle fois refaire le plein a Planfait en compagnie d'Arnaud qui a enmene la camerawoman en biplace!
3 remontees aux dents en 30 minutes c'est rigolo mais c'est aussi assez inutile... Surtout qu'a chaque fois ceux qui m'accompagnent mettent le cap vers la Clusaz!
Vu que je commence a en avoir un peu marre de faire des ronds dans l'eau pour rien, vu que le roc reste desesperement a l'ombre, je decide d'aller voir ailleurs si le thermique y est.
Je quitte le bocal annecien avec un pincement au coeur car c'est toujours agreable et securisant de voler avec les copains mais bon on est pas la pour plaisanter oh! En route pour un beau vol avec des vrais morceaux de cross fly dedans!
J'ignore superbement la Tournette et pousse par un vent d'Ouest se faisant de plus en plus sensible je file vers Chauriande, comme hier!
Un coup d'oeil au GPS : 65km/h bras haut, le passage de l'autre cote pour rejoindre saint Ferreol risque d'etre assez sport! Alors je prends des grandes marges pour tourner le reliefs car je sais que je raccrocherai meme tres bas au niveau de la fameuse grue jaune.
Une bonne sceance de -4 (meritee evidement!) m'amene bien bas a marlens. La biroute de l'attero indique que ca ronfle en bas, c'est parfait je ne vais pas perdre de temps comme ca (enfin sur le coup je crois me souvenir que ce n'est pas exactement ce que je m'etais dit!!!) Quasiment pas besoin de faire un virage ca remonte en dynamique pendant toute la transition vers le Charvin. Jusque la tout va bien, je suis le roi du monde!!
La suite a l'air moins sympathique : gros nuages noires le long de la chaine des Aravis. Je m'y attendais donc c'est le moment d'avoir des couilles pour reussir a rejoindre le col des Aravis! Je ne saurai jamais exactement si cela est du aux conditions ou si c'est mon cerveau qui me dis de ne pas trop m'approcher du gros nuage noir qui coiffe le roc de Charmieux ou si mes couilles se sont retractees malgres la chaleur du cocon mais toujours est il que je ne monte pas et butte pour passer le col entre Sulens et le Charvin.
Demi tour pour trouver un champ posable, j'evite une vache qui panique un peu de me voir foncer sur elle, desole ma belle y a que la que ca pose! Je touche le sol au moment ou une bulle passe, courte hesitation : remonter la pente avec la voile au dessus de la tete pour essayer de redecoller dans la foulee?
La raison me fait affaler la Poison. Je m'assied dans ma sellette avec une vue magnifique sur les alpages que je surplombe (pose a 1600m d'altitude) et je profite a fond. Putain quel pied d'etre tout seul ici perdu au milieu de nul part! C'est vraiment le moment que je retiendrai de cette edition 2009!
Apres 5 minutes de reverie et de divagation sur la beaute du monde et du vol libre je finis par me desharnacher et je plie sous le regard intrigue des 2 vaches qui semble apprecier ce spectacle original :)
Un petit sandwich pour la route et FEU vers le Nord pour essayer de retrouver un deco afin de forcer ce col, puis, qui sait, boucler en volant vu que les conditions semblent s'arranger avec le retour du soleil (au sol on est toujours plus optimiste qu'en l'air quand c'est un peu "gros").
Arrive au col choix pas evident entre rentrer dans le massif vers les 3 aiguilles ou je distingue de belles pentes herbeuses ou monter vers la crete qui me surplombe. Je calcul que si j'arrive a decoller de la haut cela devrait me permettre de rejoindre en finesse la fameuse tete de Cabeau et son legendaire appui dynamique (que je n'ai encore jamais reussi a exploiter!).
Apres une petite demi heure de marche j'arrive au panneau m'indiquant "pointe d'Orchez". Formidable, l'herbe au sommet a meme ete aplatie pour amenager un petit deco! Elle est pas belle la vie? Pendant que je deplie, une petite brise de face s'installe si bien que lorsque je me retrouve manettes en main pret a decoller je suis regonfle a bloc!
Je reprends 100m mais guere plus car l'ombre est encore bien presente, il va falloir utiliser les brises pour reussir a s'extraire. Rapidement j'abandonne (une fois de plus... cf ce vol)l'option tete de cabeau pour me jeter sur l'Etale et ses belles parois un peu impressionantes quand meme... Je derange quelques chamois mais c'est le prix a payer pour faire un bon plein car je me doute que je ne retrouverai rien avant la Clusaz. Comme d'hab a chaque fois que j'ai des avis tranches et certains sur l'aerologie cela se revele foireux : en fait ca tire fort au merdassier! Oreille et accelero a fond!
La fin de vol est une formalite, je m'applique a rester haut pour eviter d'etre contre par la brise de vallee assez redoutable de la Clusaz, survol du bivouac, quelques tentes sont deja installees, il est grand temps d'aller poser!
Quel coin magnifique que ces faces des Aravis...
Le soir au bivouac l'ambiance est une nouvelle fois inversement proportionnelle a la temperature!

Jour 5 La clusaz - Passy : et a Passy, c'est finiiiiiiiiiiit!

Vol de 33km, 800m de denivelee a pied


Voir la trace GPS dans googleMap
Telecharger la trace GPS pour Google Earth

Au petit matin un convoi militaire debarque, Roland entame une marche militaire avec sa flute, le ton de la journee est donne!
Arnaud annonce les resultats, je suis toujours deuxieme au general derriere Olivier mais devant Gege :o)
J'ai donc 2 options : attaquer fort pour essayer de doubler Olivier sur la photo finish avec le risque de tout perdre en allant me vacher au milieu de nul part. Ou bien assurer un vol en local et jouer les points temps en posant rapidement (et donc poudrer Gege!).
Au moment de quitter le bivouac je decide de ne rien decider et de voir une fois en l'air en fonction de mes sensations et surtout de la masse d'air!
A priori la journee est bonne et l'optimisme de Bertrand m'incite a rever d'une balise a l'Arcluse avec retour par Grand Arc, Mirantin, Bisanne : un parcours que j'ai pas mal frequente cette annee...
Diverses options se dessinent pour la montee, un groupe enchaine derriere Alain pendant que sagement je choisis de rester avec "les vieux" sur une route moins directe!! Pendant la montee au Cret du loup je me rememore mes aventures dans le coin de l'annee passee : ma premiere compete B qui avait ete annulee, mes tentatives desesperees avec Seb pour rejoindre mais surtout revenir de la Pointe Percee...
Le massif des Aravis est a mon sens le plus formateur du coin car il enseigne l'humilite face a l'aerologie. Il m'a coute pas mal de vaches douloureuses pour l'ego car on passe tres rapidement de l'euphorie lorsqu'on est au niveau des cretes, a la grosse cata lorsque 300 metres plus bas on commence a ressentir les effets de la brise. J'en suis la de ma sequence nostalgie lorsque la balise me reveille : Cret du Loup Nord Ouest 15km/h 30 maximum. Oulalala ca va etre sport le passage du col des Aravis. J'ai l'impression d'etre le seul inquiet ce qui ne me rassure pas!
En radio Arnaud conseil de bien longer la crete pour pouvoir raccrocher en face Est de l'autre cote. "ha bon euh t'es sur?"
Et bien oui ca le fait niquel, on arrive suffisament haut pour retrouver des thermiques malgres l'ombre omnipresente. La quantite de chamois est phenomenale, la temperature aussi... Au nuage on doit pas etre loin du 0 et mes gants montrent leur limite.
Apres avoir jauge mon etat de fatigue et vu comme je grelote je decide de faire le petit joueur et de rester en local. Tant pis pour le grand cross.
Demi tour avant les 4 tetes pour retourner vers le Col des Aravis ou le soleil recommence a donner progressivement.
C'est tant mieux car quand je vois le nombre de voiles qui miserent dans la brise a la Giettaz j'ai bon espoir que cela leur permette de sortir. Sinon ils sont bons pour la remontee a pied a CrossBolet. Vous me direz quand on aime on ne compte pas la denivelee a pied!
Je me sauve d'un petit "point bas" et cela finit de me decider a aller poser au lac de Passy. Long glide final a fond de barreau, les mains dans le cocon pour essayer de retrouver un peu de sensibilite.
Apres avoir reussi a passer dans la vallee de Combloux, j'entonne ENFIN le desormais fameux chant de ralliement des crosseurs Zelephantesques : "C'est le Gliiiiiiiiiiide finaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaal" en ayant une pensee pour mon ami Bertrand qui pour une fois est au bureau pendant que je suis en l'air! Un dernier moment de concentration pour poser car la brise est quand meme deja bien installee et c'est HEUREUX que je pose apres 4 jours de bonheur! Y a pas a chier, la marche a pied c'est sympa mais le cross en parapente y a quand meme que ca de vrai!
Quelques heures plus tard me voila fier comme Artaban haut perche sur la 2eme place de la manche du jour et du classement general avec une belle sellette Supair flambante neuve dans les mains. Rendez vous est pris pour l'an prochain : Olivier t'as pas interet a relacher l'entrainement!!!

Un grand merci a tout ceux qui ont permis a cette edition d'avoir lieu dans d'aussi bonnes conditions malgres une meteo pas forcement evidentes!