Details
Nom du voleur : Sylvain
Date du vol : Sam 06/10/2012
Accompagnateurs : Tom, Elie, Flo, Yves, Pierrot
Lieu du déco : mont chalvet st andre les alpes
Departement du déco :
Position gps du déco :
Lieu de l'attero : saint andre les alpes
Departement de l'attero :
Position gps de l'attero:
Date de derniere modification : Mer 10/10/2012
Voile : Ozone Mantra R11
Type de vol : Cross
Heure de decollage : 12h33
Durée du vol : 4 heure(s) 55 minutes
Distance parcourue : 116.22km
Altitude Max atteinte : 3051m
Vitesse verticale max du vario : +6.5m/s
Description de la météo : Incroyable pour la saison. Du +6 en Octobre Vent tendance Ouest mais pas trop genant dans l'ensemble plaf a 3300
Description du vol : En guise de recit, un copie colle du debriefing fait avec les compagnons de ce vol de groupe fabuleux

Tom :
Salut à tous,

Quelques analyses personelles et quelques questions pour vous sur les
points clés du vol :

En arrivant au Cheval Blanc, en suivant les lignes des thermiques,
c'est clair qu'ils venaient tous du col entre le Cheval Blanc et la
Reyniere. Ce qui est bizarre c'est que les thermiques les plus
décalées (comme Elie et moi ont pris) étaient plus fortes qu'elles
côté vent (comme Florian et les autres ont prises).

En partant du Cheval Blanc pour aller au Carton j'étais content de
partir à 2300m parce que :
- on avait assez de gaz pour y arriver haut
- je n'attendais pas avoir des bonnes thermiques sur les faces NO/N du
Cheval Blanc, donc je pensais qu'il vallait mieux partir tout de suite
au lieu de perdre du temps et peut-être de l'altitude en y prospectant
- on était avec Sylvain qui avait une récup assurée
- le plus tôt dans la journée que tu poses, le plus de temps que tu as
pour faire du stop (et ça volait pas le lendemain) :-)

Au Carton, je pense que Sylvain a pris la bonne option. Moi, je
cherchais des thermiques cote vent (en me disant qu'il y avait du
vent), mais Sylvain a bien identifier que c'était le col (la Colle
Vielle) avec les faces sud où il y avait une confluence entre le vent
de l'ouest et les thermiques qui donnerait le mieux. @Sylvain, tu peut
nous donner plus d'infos ?

Comme Elie, au Tromas, je n'ai pas aimé les conditions et j'étais prêt
à poser. Finalement j'ai suivi Sylvain au milieu de nulle parte au
nord. Ca ne donnait pas au Tromas, @Sylvain qu'est que c'est qui t'a
fait chercher plus au nord ? En regardant les traces, ça sera la porte
de sorti pour tout le monde.

Pour le retour de Dormillouse, j'ai remarqué que la rue de nuages
diminuait vers le sud et il n'y avait que du grand bleu après la Tête
de l'Estrop. Les nuages hautes n'étaient pas loin non plus. En allant
au Dormillouse, c'était bien clair que les ascendances étaient plus
fortes en près du plaf, donc j'ai pris le temps de monter au nuage
mi-retour. Mon objectif était d'être au plaf au dernier nuage. En
regardant les traces c'est claire que j'avais un peu de chance : les
suivants n'ont pas eu les thermiques où je les ai eu.

Après le Tromas, je me suis mis en mode compét : ce-ci dit ligne droit
n'importe quelle distance de l'attero le plus proche ! Il y avait la
voile qui arrivait qui m'a depêché et je me suis dit que je pouvais
toujours poser en haut (où c'était dégagé des arbres) si jamais.

Je n'ai rien trouvé sur la Côte Longue et donc je suis arrivé assez
bas au Cordeil. Le petit couloir sur la face NO du Grand Cordeil était
ma toute dernière option. Hereusement, ça fonctionne bien à la fin de
l'après midi et j'ai pu monter en soaring dans jusqu'au col entre les
Petit et Grand Cordeil avant de me jeté au sud pour trouver la
confluence entre le vent du NO et les thermiques de la face SO. Ca
bougait un peu mais ça marchait. J'y ai perdu pas mal de temps,
j'aurais du mieux prospecter au Côte Longue.

Observation : finalement, la voile nous n'a pas trop gêné. Un ami
anglais (John Ellison) m'a expliqué une fois : s'il y n'avait pas de
rayonnement il ferait noir ! Il faisait pas nuit, donc ça chauffait
toujours. Du coup, la chaleur latent et le vent veulent dire qu'il y
avait toujours des ascendances à exploité. Le vol de Jérôme nous à
montré que ça volait tard :-)

Questions :

@Jérôme : qu'est que c'est qui t'a fait decider passer au nord du
Cheval Blanc pour le retour ? Ton retour du Cheval Blanc à la Crête de
Serre sans tour de thermique est une merveille !

@Elie : au Côte Longue, tu est monté plus vite que les autres. Comment ?

@Pierrot : tu as fait une bonne laisse de chien en partant du Tromas
au sud (qui a très bien marché). Quelles étaient les indications ?

@Flo : ta ligne depuis le Pic des Têtes était hyper-portante (surtout
pour une trois-lignes :) ). Pourquoi ?

@Yves : en retournant, au Carton tu était le dernière de la grappe
mais au Côte Longe tu était le première de la grappe. Comment est-ce
que tu as fait ?


Merci à tous !

Elie :
Salut !

Merci pour le de-briefing et les animations Tom, c'est vraiment intéressant
!

On va aller dans l'ordre :
Tout d'abord le Carton à l'aller : Je vois Sylvain partir à droite et ne
comprend pas pourquoi sur le moment... Apparamment il y trouve un super
thermique, donc ça devait être une bonne idée ; tu peux expliquer stp ?

A ce moment là, je suis parti plus à gauche pare que je vois une espèce de
cirque de pierre orienté du NO à ouest. L'idée était que, vu le contraste de
température avec les broussailles / arbres foncés à côté, ça devrait bien
déclencher quelque part entre là où on a tapé la crête et ce cirque,
certainement juste à côté (où on a pris la 2e bulle, un peu plus haut).
D'autant plus qu'en y allant, on ne perdrait certainement pas trop vu que
c'étaient une crête orientée SO (donc face au vent).
Finalement on va par là avec Tom, et on trouve un thermique plus tôt que je
pensais...
Il est pas très fort au début et, malgré qu'on n'est pas spécialement bas,
vu le coin hostile, je le prends comme en mode survie. Donc au début c'est
laborieux mais il devient de mieux en mieux.

Finalement il nous permet de prendre une bonne ligne porteuse et directe, et
d'arriver avant Sylvain au Tromas malgré qu'il est ressorti plus vite que
nous au Carton.


Ensuite Cotelongue au retour :
Quand on passe le col, on mène le groupe avec une Aspen rouge et bleu (c'est
qui d'ailleurs? Yves ? Ça m'intéresserait de savoir la suite de ton vol
après ça).
On passe au moment où une bonne bulle déclenche sur la crête de Cotelongue
et je m'accroche tant que je peux. Je suis fatigué et espère sincèrement que
ce sera le dernier thermique qui me permettra de rentrer en finesse (j'étais
malade à la base, et je sentais que j'approchais mes limites).

En prenant cette bulle 2 options se dessinent :
- si je n'arrive pas à monter très haut, je ne tenterai pas l'Issole par en
bas en étant à bout. J'aurais donc tenté de faire du saute mouton pour
prendre la crète du déco. Une perte de temps d'un point de vue tactique, et
pas sûr du tout de rentrer... mais plus safe au niveau des vaches (L'Issole
par en bas, j'ai déjà fait et c'est super dur mentalement. A ce moment
j'avais plus ce qu'il fallait pour me jeter là dedans)
- Si je monte bien à cotelongue, j'essaye de forcer l'Issole par en haut,
quitte à devoir gratter un peu au Cordeil.

Finalement en me battant bien j'arrive à faire environ 2600 à Cotelongue. Vu
que ça pousse NO, après avoir brièvement hésité à gazer au cordeil, je fais
la vallée de l'Issole et pose en finesse à l'atterro.

Pour répondre à ta question Tom, je pense qu'outre la chance de passer au
bon moment à cote longue pour prendre la bulle, c'est le mental qui m'a fait
monter comme ça. J'ai vraiment mis toutes mes forces et mon mental dans
cette "dernière bataille" ;)
Maintenant faut que je trouve un moyen de retrouver cet état d'esprit dans
tous les thermiques... Et Hop ! Un axe d'entrainement mental de plus pour
l'hiver ! =)

Bonne soirée !

Elie

Sylvain :

Oulala si on commence a faire des debriefings a la Mathurin apres nos
cross ca va commencer a craindre!
D'habitude en compete ca tourne vite a une demonstration de "qui a la
plus grosse"! Je vais essayer d'eviter de tomber dans ce travers, ca
motivera peut etre les autres a intervenir aussi! Par contre je sais
toujours pas faire court!

Pour le Carton
Cf l'image en PJ 1_carton.jpg ou j'ai represente comment je voyais les choses.
En rouge la brise en vert les collecteurs habrites de la brise ou des
bons thermiques peuvent se former et en violet les confluences.

J'aimerais vous dire que j'ai eu un flair incroyable et que je vais
pas tarder a poudrer Luc en lecture aerologique mais helas il n'en est
rien... C'est juste que ce thermique est toujours la! Y a un beau
pierrier en dessous et de nombreux collecteurs qui sont habrites de la
brise autour, plus une conflux pour rendre tout le bordel bien
turbulent. J'y ai d'ailleurs pris ma 1ere grosse fermeture en poison2
sur ce vol http://www.parapente.dhonneur.org/map.php?id_vol=627 ou on
voit que j'avais meme carrement fuit la zone pour me refaire au col de
Lachen tellement c'etait puissant... C'est aussi la que j'ai vu mon
pote Boboche faire secours apres qu'un truc thermonucleaire lui ai
arrache la moitie de sa voile! bref sur la Bleone tout le monde parle
du Traumas et de l'Estrop comme des zones les plus turbulentes mais
perso c'est cette face Sud du carton que je trouve la plus active.
Donc dommage de s'en priver :)

Des le debut de la transition apres Cheval Blanc Tom met un coup
d'accelerateur pour prendre les devants et je trouve sa ligne trop a
gauche. Quand vous bifurquez je pense sincerement que vous allez vous
retrouver tanque par la brise de la Bleone et que vous allez vous y
poser! Je temporise donc pas mal en me disant qu'il faut que j'attende
Flo and co qui eux ont pris la bonne option. Mais les brises en
octobre sont nettement moins fortes qu'en aout/septembre ou j'ai plus
frequente le coin. Du coup vous sortez un thermique pas trop moche et
ensuite vous etes bien pousse par la brise dans le bon axe vers
l'Estrop alors que je me croise des turbulences penibles en passant la
crete de la Reyniere. Voila comment ma situation de dominance ou
j'attendais pepere que ca recolle de derriere se transforme en "putain
les encules ils m'ont bien nique"!
Elie j'ai pas partage ton analyze sur "L'idée était que, vu le
contraste de température avec les broussailles / arbres foncés à côté"
A Saint Andre pour le declenchement des thermiques j'ai toujours
privilegie les zones habritees du vent aux zones avec contraste. Ce
qui gene le plus la formation des thermiques dans la Bleone ce sont
les brises fortes qui lavent la masse d'air. Donc pour moi la priorite
c'est cherche les zones ou y a une conflu (donc vent au sol faible) ou
les petits reliefs qui obligent la brise a contourner en laissant des
zones derriere plus calme.
Evidement c'etait un raisonnement pourri ce week end, j'aurai du me
douter qu'en octobre la problematique de la brise etait pas la meme...
Bien joue a vous sur ce coup!

Ensuite au Trumas cf piece jointe 2_estrop.jpg en rouge les brises de
vallee et en vert le vent qu'on se prend a l'altitude > 2200m
Deja sur la fin de la transition avant que je vous recolle je me fais
la remarque que le sol a l'air bien plus humide par la que ce qu'on a
croise jusqu'a maintenant. C'etait plus fonce. Ca aurait du me mettre
la puce a l'oreille pour le retour... Mais sur le coup je me suis
juste dit "tant mieux si c'est plus humide, ca montera plus doucement
mais ce sera moins turbulent".
Bref je suis comme Tom j'aime pas du tout comme on se fait decaller
vers l'Est, on sent qu'il y a du Nord Ouest donc je me dis que je vais
aller chercher la face Ouest du Traumas comme on l'avait fait sur ce
vol avec Benoit pour le retour de Dormillouse :
http://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/2011/vol/20116811
Mais en fait une fois que je passe le point d'arret qui separe le flux
autour du massif de l'Estrop ma vitesse sol s'accelere franchement (je
lis 50kmh sur le GPS, a ce moment je suis beaucoup plus bas que vous
donc un peu plus sous l'influence de la brise que vous, voila pourquoi
le choix vous est peut etre apparu moins evident) et j'en deduis que
mon plan initial va pas marcher mais que par contre le petit relief en
face de moi va forcement me tenir en dynamique le temps de trouver une
solution et une zone moins humide... Pour moi ca ne peut pas ne pas
monter dans le coin, il suffit d'attendre patiement que qqch se passe!

Bon finalement un truc moisi nous sort pas pire car on est 3 et qu'on
s'entraide bien pour le coup.
A ce moment la je decide d'appliquer la strategie qu'un certain Tom
Payne m'a enseigne il y a bien longtemps a une soiree cross des
Zelephs : le long des cretes interdiction absolue d'enrouler quoi que
ce soit car c'est du temps perdu. . Je perds du temps sur toi
uniquement car de tout l'a/R sur la crete du Dormillouse je prefere ne
pas pousser le barreau, je reste plus au vent du relief, ca marche pas
mal aussi et ca evite de trop craber.
Tom, je pourrai te dire que c'est pour profiter du paysage que j'ai
pas pushe mais en fait y a d'autres raisons plus honnete :
1) Je suis encore traumatise par ma fermeture poulie poulie sous
l'Enzo qui m'a amene a faire secours cet ete...
2) J'ai absolument pas envie d'aller tater les limites avec la R11 (je
prends quand meme du +6.5 en ligne droite sur 30 secondes, ca boostait
grave j'ai trouve)
3) Je sais que la prochaine decision a prendre ce sera de savoir si on
bascule sur le Morgon malgres le voile en approche et je prefere te
laisser faire le choix :)
4) Je vois que Elie a l'air motive pour rester en ma compagnie car
clairement je sens qu'il m'attend, donc inutile que je m'affole!

Pour le retour maintenant
Bon deja je suis surpris de croiser tant de monde sur la Blanche. Je
pensais qu'on aurait creuse un ecart plus gros que ca ou que plus de
monde renoncerait en voyant le voile nuageux arriver :) mais y avait
les bonnes Vibes faut croire!

Je suis reste enferme dans mon stupide schema : tant qu'il y a de la
crete tu enroules pas. Tu enroules qu'au dernier moment, au plus pret
de la transition possible.
Et quand j'ai compris que ca monterait plus pour moi c'etait trop
tard, j'etais revenu dans cette zone humide Traumas/Estrop toute
molle. J'etais un petit peu enerve :) Pour moi c'etait impossible que
ca monte pas a l'Estrop (regle absolue de la Vallee de la Bleone)
alors que j'avais deja intuite a l'aller que c'etait pas "comme
d'habitude". Bref une erreur debile qui nous (puisque j'ai embarque
Elie dans ma lose, desole mec!) fait perdre pas mal de temps. Je sais
plus qui decide d'aller sur la crete du Cadun mais elle donne pas des
masses et je nous estime un chouilla bas pour nous jeter sur les hauts
reliefs derriere, la vache sur le plateau fait pas rever et en plus le
voile se renforce.

Du coup ca rentre par derriere : on voit tout le monde 1000m plus
haut, je pense que ca fout autant les boules a Elie qu'a moi et on
force le passage au barreau pour revenir au vent de la brise sur la
Reyniere. Ca a du bon d'avoir fait de la compete, ca au moins on sait
faire maintenant!
A partir de la je suis comme Elie, je commence a accuser un peu le
coup (rien bouffe, rien bu... je me croyais plus resistant que ca
quand meme mais qui pouvait se douter qu'on allait avoir de telles
conditions!) et ca fait 30 minutes que je prends que des decisions
merdiques donc je decide de m'en remettre aux decisions des autres, en
l'occurence celles de Yves et Flo qui nous amenent brillament a Coste
Longue ou c'est un melange "thermicoconfluent" qui amene tout le monde
a 2500 (sauf moi evidement...)
On sent que le Nord meteo se met en place.

Reste la vallee de l'issole dite vallee de la Mort! cf
Je garde toujours en memoire ce vol du brittish Open :
http://www.parapente.dhonneur.org/map.php?id_vol=1422
On avait de l'ouest assez fort (genre 25). Depuis Coste Longue il
fallait revenir au vent de Lambruisse ce qui deja par conditions
normales est pas gagne. Tom avait fait un gros plaf en solitaire au
sud de Coste Longue et avait tente de forcer le passage entre Cheval
Blanc et Lambruisse. je le surveillais attentivement en serrant les
fesses et en esperant que je n'aurait pas a en faire de meme (et de
fait ca passait pas!). Du coup en desespoir de cause et sans aucune
idee de comment resoudre le probleme j'avais suivi Adrian Thomas et
son proto Advance moisi en me disant qu'au moins j'aurai un avantage
de performance sur lui ;)
On s'etait retrouve a l'arret 300m plus bas que le sommet de la
montagne de Charvet (ou de Lambruisse si vous preferez) face a
l'ouest, en train de monter dans du +2 hyper turbulent. je crois que
ce fut ma 1ere conflux (je l'ai note "1" sur mon schema) et ce fut une
vraie revelation! Voila une maniere de voler elegante qui me plaisait
beaucoup puisqu'en plus elle dispensait de toucher le barreau!

Depuis j'aime aller dans ce coin pour essayer de reproduire la magie
de cette revelation. Sauf que samedi on a bien touche quelques trucs
avec Pierrot mais c'etait franchement pas convaincant, alors que plus
au sud (numero 2) Flo etait en train d'enrouler du bien plus
consistant. Je pense que la tendance Nord avait deplace un peu le
bazar par rapport a ce que j'avais connu.

Un dernier tour dans la zone numero 3 (qui souvent est assez decallee
en avant de l'arete ce qui permet en plus de se mettre plus au vent
pour la laisse de chien) permet une transition sereine sur la Crete
des Serres pour une fin de vol en douceur :)

Le parapente, le seul sport ou le debriefing peut etre plus long que
le vol en lui meme :o)
D'habitude en compete Droin prend un malin plaisir a demonter une
bonne partie de mes theories vaseuses de debriefing (souvent a raison
je dois dire helas, mais je progresse petit a petit) alors hesitez pas
a en faire de meme, c'est comme ca qu'on avance!

A bientot pour de nouvelles aventures (vol rando dans le Chablais ce week end?)

Lien vers les photos ou la video :
Trace GPS a télécharger : 1349703704samedi6octobre2012.gpx.xml
Voir le vol dans Google Map
Voir le profil du vol
Modifier
Retour à la page d'accueil